L'Actu en BrefStatistiques.On y va par la !!!Videos & Galerie Photo

 
   COGITO II
   
   VOYAGE
   
   CARTES
   
 

Page Traversée Atlantique ( liens direct )

Album Photos

Laissez nous un message ( liens direct )

 

Citations :

Il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part.

*
Vivre, c'est avoir la conscience d'être.

 


La vocation est un torrent qu'on ne peut refouler, ni barrer, ni contraindre.

*
 Vagabonder à la surface des océans est souvent source de sérénité et, parfois, permet de tutoyer ses rêves. S'y immerger, c'est s'ouvrir à son observation et à sa compréhension.

 


 

Ne soyez pas comme ces gens qui, invités à parler de l'océan, n'évoquent que le mal de mer.

*

Le premier des bons ménages est celui qu'on fait avec sa conscience.

*

Port : Endroit où les bateaux sont à l'abri des tempêtes et exposés à la furie des douanes.

 

 

 

La mer est sans routes, la mer est sans explications.

*

 La volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir, c'est penser.

*

Le monde n'a jamais été un océan de paix.

*

Nous réalisons que ce que nous accomplissons, ce n'est qu'une goutte dans l'océan. Mais si cette goutte n'existait pas, elle manquerait.

 ... ::: Cogito II - Global Earth ADventurers ::: ...

 
CABO  VERDE    
 

 

Île d'un rêve, "tu es si loin et pourtant si proche de nous" !!!!

Par avion, tu n'es qu'à 8 heures, avec un voilier, tu es un peu plus loin mais, quel charme tu as lorsque nous arrivons dans tes eaux territoriales.

 "Il n'est de bonheur que celui que l'on se procure".

 

Revenons à notre folie car Las Palmas, c'est le paradis pour les terriens que nous sommes. pourtant, près de 3 mois se sont écoulés au port ou à se promener autour des îles canaries, il nous faut à nouveau le grand large !!!
La difficulté, c'est que nous ne sommes que 2 pour un si grand voilier (mais si petit dans cet immense océan). Alors, conciliabule pour prendre des équipiers !!!
Ouah !!! c'est vrai que l'on se fait vite à une vie tranquille, ou nous avons une cabine chacun avec une salle de bain perso. Alors, pas d'équipiers. De toute façon, cette balade était prévue à 2, alors c'est décidé, on poursuit le voyage comme nous l'avons commencé.

 

Nous sommes le 10 mars, et après de longs jours de préparation, bien des amis rencontrés, nous ne pourrons pas les citer toutes et tous car cela serait trop long, mais nous avons une pensée pour Ghego, un ami italien qui nous a donné de si bons conseils pour l'envoi du spi (tu sais Ghego, le petit tangon que je voulais virer !!! oups !!! il nous a bien servi) et avec qui nous avons passé des soirées inoubliables, pour Cati et Stéphane sur Flyer 2, avec qui nous avons mangé sur leur magnifique ketch acier, et aussi à un charmant couple de Ouistreham (mon ancien port d'attache de 1984 à 1989) qui ont du repartir pour le boulot, nous décidons de hisser les voiles, le stess est énorme car il ne s'agit plus de faire des ronds dans l'eau mais de franchir un océan que beaucoup d'amis ont eu quelques difficultés à effectuer. A 12 heures, le moteur est en route et nous nous dirigeons vers le ponton Texaco pour le plein de gasoil et le règlement des derniers jours du port. Cogito reçoit 400 litres de dopage pour le moteur, ce qui nous fait 550 litres dans le réservoir principal et 40 litres dans le 2ème, avec 12 litres dans le réservoir du groupe. C'est le pied, surtout que le gasoil ne vaut que 0,63 euros le litre.
Pas de bol, pour le règlement du port, ils ont décidé de fermé la porte cet après midi alors il nous faudra revenir demain matin.

Extérieur du port de Las Palmas près de la plage ou nous avons mouillé à l'arrivée le 19 décembre et le 10 janvier la veille de notre départ.

 

Nous décidons d'aller mettre la pioche à l'extérieur du port, juste pour se réhabituer au mouvement de la mer et de la houle. A croire que c'était écrit puisque malgré toute la préparation, le loch indique 0 noeud, il est à nouveau bloqué, alors, une fois la pioche au fond, je plonge pour le nettoyer. Vu l'état, nous décidons de l'enlever de l'intérieur et nous avons bien fait car le corail l'avait envahi. Réparations faites, il est déjà tard et après un repas correct, nous décidons d'aller faire un somme quand nous sommes envahis pas un bruit bizarre !!! oups !!! c'est quoi encore !!!! c'est un navire de l'armée espagnole qui a décidé de mettre sa pioche à côté de nous. Le problème c'est que les moteurs tournent et la cavitation nous empêche de dormir. Tant pis, il faut faire avec !!! La fatigue aidant, nous partons vers un somme bien mérité car la préparation d'un départ est toujours fastidieuse (rangement des parebattes, des amarres, changement de place des principales voiles qui risquent de nous servir pendant la traversée). De plus Radio Ponton nous dit qu'il faut virer l'ancre car en cas d'enfournement, la pioche risque de tout arracher, l'étrave comprise !!!! oups !!! super ces paroles pour augmenter le stress, "Radio Ponton" c'est géant.

Le problème, c'est qu'il faut choisir, "avoir une ancre prête à être larguée en cas de problème avec le moteur, ou enlever la pioche et se retrouver dans les bateaux si le moteur décide de faire une pause" !!! oups !!! le choix est vite fait et l'ancre reste à poste prête à être larguée.

Après une nuit agitée, car nous n'avions plus l'habitude d'être chamboulés, le jour se lève enfin et nous voyons arrivé des petits voiliers de type optimiste ainsi que des planches à voile en nombre. Nous sommes littéralement entourés de mômes (filles et garçons) avec leurs moniteurs.

Nous sommes le 11 mars à 13 heures 30 (zoulou) le moteur démarre. A 14 heures, nous sortons de la baie.

Au revoir Las Palmas.

Eole est fatigué, il a du faire la fête hier car il est absent, c'est sous grand voile entière + artimon + génois aidés du moteur à 1000 tours que nous entamons nos premiers miles. Après 2 heures de navigation, le vent s'établit et nous stoppons le moteur.

Premier clandestin, plutôt timide au départ, mais qui est tout de même dans le cockpit. Dommage, c'est un pigeon voyageur "il est bagué"car cela ne doit pas être mauvais avec des petits pois !!! lol !!! c'est un joke car tout animal clandestin est un invité d'honneur sur Cogito II.

 

Le pigeon est devenu familier, il décide même de vérifier notre route sur la table à carte au cas ou nous nous serions plantés !!!!

Attention à ne pas faire tes gros besoins, petit pédro !!! car les cartes n'aiment pas être salies.

Les miles se suivent mais ne se ressemblent pas. En pleine nuit, alors que nous avions 160 m2 de toile, Eole se réveille, il faut prendre des ris très vite et c'est la cata. !!! enfin presque puisque le lazy bag de la grand voile se déchire et que la poulie du lazy bag de l'artimon se prend un râteau de près de 8 mètres. Il faut faire vite alors on revient au bon vieux temps avec le système de ris classique dans la grand voile et pour l'artimon, on verra cela demain au lever du jour.

12 mars 2007 :

Le jour se lève à 7 heures, ce qui va nous permettre de faire un constat des dégâts. Pas de bobo, simplement un peu de boulot en perspective alors qu'on a pas dormi. Et oui, il faut se remettre aux quarts de veille pendant que l'autre dort. Les premiers jours c'est difficile !!! 118 mile parcourus de 14 heures à 7 heures ce matin, pas trop mal !!!!
Il faut monter à l'artimon avec un nouveau rivet pour remettre la poulie, et tomber la grand voile avec ce qui reste du lazy bag. Puisqu'il faut l'enlever, Ghego nous avait conseillé d'installer l'ancienne, alors c'est ce qu'on va faire.

Arnaud l'acrobate en haut de l'artimon avec la perceuse pour riveter la poulie tombée. Bien entendu, il n'avait pas oublié l'appareil photo !!! lol !!!

 

 Eole nous lâche et c'est dans une jolie pétole qu'on se met au travail. Arnaud monte au mât de l'artimon pour la fixation de la poulie, avec l'aide du winch et un peu de muscle du cap'taine. La voile est à nouveau hissée. Nous nous attaquons ensuite à la grand voile et ça c'est du sport, même quand la mer est d'huile et qu'il n'y a pas de vent. A 15 heures, tout est réparé, mais cette fois-ci, on ne va pas se faire avoir, la vieille grand voile est hissée avec 3 ris et l'artimon se voit réduit avec 1 ris. Le vent est toujours absent et nous décidons de faire une sieste, barre à contre sans voile d'avant pour éviter le claquement. On se déhale tout doucement dans le bon cap. A 19 heures, alors qu'Eole est toujours absent et qu'on est sous le vent de l'île, le moteur démarre pour se tirer de cette pétole. Après 2 heures de moteur le vent revient et nous envoyons le génois. Cogito fonce à plus de 7 noeuds, c'est magnifique de le voir avancer dans cette océan qui se charge d'une houle de NO croisée avec une houle du vent de NE.

 

13 au 16 mars 2007 :

La routine s'installe petit à petit à bord. Chaque jour à 13 heures, nous faisons le point sur l'ordinateur et sur l'immense carte de l'atlantique nord. Mon dieu quelle est grande cette carte et les points que l'on trace semblent si petits dans cette immensité. La moyenne est de 150 miles par 24 heures avec plus ou moins 10 suivant la volonté d'Eole.

Les miles défilent sous la coque et comme nous l'a si bien dit Jean avec son sloop "Séléna" qui a aussi fait la traversée, nous sommes dans une machine à laver de 8 kilos, ça berouette, ça mouille de temps en temps sous la cabine, le pont est copieusement arrosé, mais Cogito avance vite dans des surfs à plus de 10 noeuds. Il est toujours difficile de donner une hauteur de vague car la perspective est différente dans un bateau, mais je ne pense pas me tromper en donnant des creux de 3 à 5 mètres.

En pleine nuit, nous sommes arrêtés net par un calamar géant !!
Enfin c'est pas tout a fait comme cela que cela s'est passé, le calamar s'est arrêté net sur le pont de Cogito, le problème c'est que je ne sais pas épluché ce genre de bestiole car toutes les nuits c'étaient 2 à 3 calamars qui tombaient sur le pont. Cathy et Stéphane nous l'avaient dit, mais nous ne voulions pas les croire. Moi qui croyait voir des poissons volants !!! lol !!! ce sont des calamars volants que nous ramassons tous les matins.



2ème passager clandestin, mais lui n'a pas eu de bol, il s'est arrêté net sur le pont. Un de ses collègues s'est même retrouvé dans l'annexe. Pas de bol de ne pas savoir cuisiner !!!

Cogito a vraiment l'esprit de famille car c'est maintenant un aérodrome pour volatile, comme vous pourrez le voir, un 2ème pigeon près de la baille à mouillage et deux "puffins ou mouettes" amoureux sur le balcon.

 

 

Crépuscule en pleine mer. Faut dire qu'on est pas nombreux dans ce coin !!!

17 mars 2007 :

Les jours passent ainsi que les nuits, nous essayons de pécher mais tout casse, déjà 3 cuillères englouties dans la gueule de monstres. Nous n'avions pas prévu de pécher des poissons de plus de 20 kilos, car c'est le maximum que le crin puisse supporter, et toujours pas de poisson. Cela devient inquiétant car la viande est consommée, il ne reste que des pâtes et du riz !!! oups !!!

Il est 2 heures du matin, et pendant mon quart, je me décide à fabriquer un frein de bôme pour l'artimon. C'est plus sécurisant même si la bôme est plus légère que celle du grand mât. Je me penche vers l'extérieur pour fixer une poulie sur le rail de fargue quand tout à coup, quelque chose vient me frapper la poitrine. "Cette trouille que j'ai eue" !!! En fait, c'était le plus gros des 2 poissons volants sur la photo (aussi gros qu'un beau maquereau).

Premiers poissons volants ramassés sur le pont le lendemain matin.

 

Ca vole, mais c'est pas très bon. Un goût tout ce qu'il y a de commun avec beaucoup d'arêtes. Les 2 premiers nous ont permis de goûter, mais nous sommes d'accord de ne plus en manger.

Et pourtant c'est par centaine qu'ils s'envolent devant l'étrave de Cogito. Regardez bien la photo du dessus et vous pourrez les voir !!!

Le point à 13 heures nous donne Sao Vicente (Capo Verde) à 125 miles, alors, nous nous décidons d'aller y faire un tour, juste pour connaître ces îles. Ce serait dommage de passer à côté sans s'arrêter. Cela ne se reproduira pas de sitôt.

Nos amis les dauphins sont revenus, et avec la houle ils se font de belles cabrioles à côté de Cogito.

On les voit mieux sur cette photo à la sortie d'une houle plus grosse que les autres !!! la vidéo est encore plus sympa, malgré notre petit appareil photo.

 

Jamais vu autant de dauphins qui arrivent et qui sortent de chaque vague de houle !!!

Ils sont des centaines à jouer avec le bateau, devant, derrière, tribord, bâbord, on ne sait plus ou tourner la tête !!! c'est génial !!!

 

Quelques vagues de NE croisées avec la houle de NO, et c'est le roulis assuré !!!

L'arrivée sur le cap vert est plus mouvementée, la houle devient plus haute et plus chiante, mais jamais elle ne nous a inquiétée jusqu'à maintenant !!!

Voilà ce que cela fait quand la houle passe sous le bateau, il surfe et le loch speede un max !!! Comme vous pouvez le voir, le pont est mouillé et tous les hublots sont fermés !!! lol !!

Celle-ci déferle un peu, mais rien de bien méchant !!!

Cogito et son escorte de dauphins de chaque côté du bateau !!!

 

Quand Cogito fonce, cela fait des remous !!!

 

Un beau trio "de nos charmants copains". Parfois on préférerait qu'ils ne soient plus là, car chaque fois, il nous faut relever les lignes. Déjà qu'on ne pêche rien !!! alors avec les dauphins tout autour, c'est la cata !!!!

18 mars 2007 :

A 00 heure, nous décidons de ralentir un peu car nous ne voulons pas arriver de nuit à Mindelo, la visibilité au cap vert et souvent très mauvaise , car les alizés transportent le sable des cotes africaines , on enroule le génois et sous grand voile et artimon, on marche encore à 5 nds, on aperçoit les îles qu'a 10 miles nautiques des cotes de celles-ci !!!

A 8 heures nous entrons dans le port entre le rocher et la pointe. La houle est grosse, et le vent forcit sous l'effet venturi. Le mouillage est difficile car la pioche CQR de 40 kilos n'accroche pas. Après 7 essais nous décidons de changer de pioche et de mettre l'ancre plate de 24 kilos sur la chaîne de 12. Nous passons à côté de vieux cargos malades à l'ancre et une fois la nouvelle pioche en place, nous repartons vers le mouillage ou il y a déjà quelques voiliers. Pas de bol, on se prend l'épave non signalée sous la quille mais Arnaud n'a rien senti, on est passé dessus sans choc !!! juste le sondeur qui a décroché !!!

Premier essai réussi et bien content d'être arrivé. On va pouvoir dormir un peu !!! Il faudra simplement racheter une 2ème ancre plate pour sécuriser le bateau, car l'effet venturi est bien présent, même s'il ne souffle pas à 45 nds comme dans les instructions nautiques, on se prend parfois 25 à 30 nds. Un coup de fil à Noëlle pour lui donner notre position et un gros sommeil réparateur. De toute façon, c'est dimanche et tout est fermé (douanes, gendarmerie, capitainerie !!!), sauf les cap verdiens qui arrivent dans de vieilles barques pour nous proposer leurs services !!!

Les instructions nautiques sont pratiques car il nous a fallu arriver à 8 miles de Sao Vicente pour la voir dans un nuage de sable du désert qui tombe sur le pont.

Tout n'est que rocher dans ce paradis sans verdure !!!

Rien à dire, il suffit de regarder !!!

 

Quelques bateaux au mouillage, avant la grande traversée, c'est la dernière pioche avant le grand saut de plus de 2000 miles !!!

Au premier plan derrière nous le sloop (Nemo de Marine) de Gilbert et Jenny et leur enfant "Raphael" de 2 ans.

Le ketch acier (Agniel) de Miguel,  un espagnol qui est arrivé 2 jours après nous et qui venait aussi de Las Palmas !!!

20 mars 2007 :

Comme nous suivons (ou plutôt Noëlle) le périple de l'Alchimiste, elle nous donne le nom d'un resto tant apprécié par ses joyeux marins. Nous nous décidons de faire comme eux et d'aller y goûter la fameuse langouste.


Super repas dans le restaurant "Pica Pau". Au menu : langouste grillée avec frites américaines et riz. C'était fabuleux surtout lorsque l'on vient de faire 930 miles en un peu plus de 6 jours !!!

 

Comme les bonnes adresses ne restent pas inconnues, nous refilons l'info à Jenny et Gilbert qui proposent qu'on y aille. Nous devions partir, mais c'est sympathique de se retrouver à plusieurs, alors accompagnés par Miguel, on se refait une langouste le lendemain (toujours aussi bonne).

Gilbert, Jenny et leur charmant bambin Raphael, avant le saut vers le brésil, ainsi que Miguel l'espagnol qui se préparait pour Tobago. Tous réunis pour un instant avant de prendre des directions différentes sur cet immense océan !!!

Un moment de détente avec Carlos un cap verdien prêt à nous rendre service.

Les instructions sur le cap vert sont claires. Avant de faire affaire avec les gens du cru, il faut bien discuter des tarifs et éventuellement l'écrire afin d'éviter tout malentendu et tout problème !!!

 

22 mars 2007 à 13 heures :

Démarrage du moteur, nous sortons du port pour un saut de plus de 2000 miles !!! oups !!! c'est le double de ce que nous avons fait !!! ouah !!! même pas les boules !!! nous nous déhalons entre les voiliers afin d'éviter l'épave non signalée, nous envoyons la grand voile, l'artimon ainsi que le génois. Comme les courants sont forts entre les 2 îles les plus à l'ouest, le moteur tourne à mille tours. La mer est belle et l'effet venturi s'est calmé. Il souffle un bon petit vent de NE qui nous rapproche de la Martinique.

 

Adieu le Cap vert !!!

 

                                           Suite de la traversée

 

 

 



Tous les produits, logos et images cités dans ces pages sont la propriété de leur marque respective.
Toute copie totale ou partielle de son contenu est interdite hormis autorisation du webmaster